Galerie

Tonga® ou SUPPORi ?

En bleu, je fais quelques ajouts, 3 mois plus tard. Parce que l’avis qu’on se fait sur un porte-bébé peut aussi changer au fil du temps et des utilisations…

Parmi les portages asymétriques (qui ne reposent que sur une seule épaule), on trouve deux types de porte-bébé d’appoint très pratiques à glisser dans son sac et à dégainer en diverses occasions : sortir de la voiture pour aller à la pharmacie (ou à la boulangerie, je ne suis pas sectaire), aller chercher son courrier, monter ou descendre un escalier, faire une petite balade avec un grand bébé ayant bien débuter son apprentissage de la marche, se baigner… le Tonga® et le SuppoRi. Tous les deux se ressemblent dans la mesure où ils ne sont pas conçus pour dégager les deux mains du porteur. Ils permettent d’assoir le porté qui est maintenu par un filet qui ne remonte que jusqu’en bas de son dos, et non jusqu’à son cou comme c’est le cas d’un sling ou d’un rebozo.

Avant de les comparer, passons en revue leurs caractéristiques propres :

• Caractéristiques du Tonga®

De conception et de fabrication française. Créé en 2005 par Arlette Schlegel Liebert, ce moyen de portage 100% coton répond au besoin du bébé à partir de 5-6 mois d’être porté tout en découvrant le monde et permet de porter jusqu’au stade bambin (3 ans, environ 15kg). Il se décline en 10 coloris et existe en 6 tailles mais également en réglable, ce qui permet d’accompagner le porté au fil de sa croissance mais aussi de s’adapter à plusieurs porteurs en variant de la taille S à la taille XL.

Pour choisir sa taille, il faudra mesurer la distance qui sépare l’épaule de la hanche opposée. Le Tonga®, plié en deux, doit être égal à cette distance.

Le mode d’emploi livré avec le Tonga® est très sommaire, ce qui est problématique pour la version réglable car il n’est pas évidemment de comprendre le système de la boucle.  A déplorer également, le manque d’information sur la matière utilisée, son traitement, etc.

Son prix : de 35 à 39€ en fonction des modèles.

• Caractéristiques du SUPPORi

Le SUPPORi, de fabrication japonaise et créé par la marque Lucky Baby, est utilisable à partir du moment où le porté sait se tenir assis jusqu’à environ 13kg. C’est une question de confort et non de sécurité puisque le porte-bébé est prévu pour résister à des charges bien plus lourdes. Il se décline en 30 coloris, visibles sur le site de Lucky Baby. Il existe en 5 tailles. Pour choisir sa taille, il faudra mesurer le tour de son dessous de poitrine et se reporter au tableau suivant. Tous les coloris et toutes les tailles ne sont pas encore commercialisés en France. Beaucoup d’utilisateurs ont vraisemblablement du mal à trouver la bonne taille.

Le SUPPORi est 100% polyester ce qui lui confère une haute résistance aux tractions et aux frottements mais une faible capacité d’absorption de l’humidité.

Son prix : 40€

• Essayage comparatif

D’abord, par leur point commun décrit au début de cet article, c’est-à-dire le fait qu’ils n’enveloppent pas le porté comme les porte-bébés asymétriques plus habituels (slings ou rebozos par exemple) leur confère des vertus primordiales dans certains cas. Obligeant le porté à être actif dans son portage & à trouver lui-même en partie son équilibre, ils peuvent être de précieux alliés pour des bébés qui ont tendance à se mettre en hyper-extension, à se raidir et à se tendre, car ils s’accroupiront dans la position physiologique plus naturellement. D’autre part, ils peuvent également mieux convenir à des portés ou des porteurs n’appréciant pas d’être entièrement enveloppés et contenus dans du tissu.

Parce qu’ils sont composés d’un filet, ils peuvent également tous les deux s’avérer de précieux alliés en cas de chaleur. Séchant rapidement, ils sont aussi très appréciables pour se baigner en compagnie de son petit sans qu’il soit besoin d’investir dans un water sling.

On le voit clairement sur les photos, les mailles qui composent la poche du Tonga® et celle du SUPPORi ne sont pas du tout identiques. Très larges pour le Tonga®, beaucoup plus serrées pour le SUPPORi, la sensation de maintien est donc sensiblement différente. Il est possible de remonter légèrement plus haut le SUPPORi dans le dos du porté, ce qui offre un meilleur enveloppement et ainsi la sensation d’un soutien plus ferme. Ce qui pouvait sembler être un avantage s’avère en réalité rendre moins pratique l’utilisation du SUPPORi, qui est moins rapide à enfiler / installer que le Tonga®.

Une autre différence notable est le positionnement du porte-bébé sur l’épaule : si le Tonga® est composée d’une bande très étroite et faiblement extensible, le SUPPORi lui est composée d’une bande plus large de mailles extensibles qui permet d’étaler le tissu sur l’épaule. Le confort est donc incomparable. Alors que le Tonga® aura rapidement tendance à vous cisailler le trapèze, le SUPPORi s’adapte en douceur à votre morphologie et permet une meilleure répartition du poids sur l’épaule. A l’usage, il s’avère que lorsqu’on le porte avec une veste et qu’on prend bien soin de placer la bande du Tonga® sur l’os de l’épaule, celui-ci devient beaucoup moins gênant. Il se trouve également que le SUPPORi, malgré ses mailles plus extensibles, a des lisères qui peuvent avoir tendance à malmener aussi bien l’épaule du porteur que les cuisses du porté.

Néanmoins, le SUPPORi n’a pas que des points forts face au Tonga®. En effet, celui-ci n’est pas commercialisé (en France du moins) dans une version réglable. Ainsi, trouver la taille qui nous correspond parfaitement (à la fois à sa morphologie mais aussi à ses préférences de portage) relève un peu du défi et il sera impossible de l’utiliser à plusieurs si les porteurs sont de corpulences très différentes. Et j’ai bien peur que mon M ne suive pas mon bébé aussi longtemps que nécessaire ou qu’il ne soit plus d’actualité cet hiver par-dessus un manteau :/ Une taille réglable est commercialisée au Japon mais les mailles sont très différentes et ressemblent davantage à celles du Tonga®.

En conclusion, le Tonga® remporte finalement pour moi le match, malgré ma préférence première pour son concurrent japonais. Je le trouve finalement plus rapidement enfilé, plus confortable pour le porté qui s’assoit dans le filet sans être gêné par des lisières ‘renforcées’, moins encombrant à emporter dans son sac.

Publicités

8 commentaires sur “Tonga® ou SUPPORi ?

  1. Pingback: Mon filet à patate … « les Aventures de Petite Bête

  2. Pingback: Derniers tests publiés « Aux Portes de Bébé

  3. Pingback: Tonga | Port'Angelot

  4. Pingback: Le portage pour les nuls | Aux Portes de Bébé

  5. Pingback: Débuter le portage physiologique | Aux Portes de Bébé

  6. Pingback: Trouver le portage adapté à ses envies et son mode de vie | Dans mon nid

  7. Pingback: Le 2Zano de Tonga | Aux Portes de Bébé

  8. Pingback: HelllooOooo | Aux Portes de Bébé

Vous avez la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s