Galerie

Création : onbuhimo sac à dos par Nombrilou

• Caractéristiques

Lorsque j’avais rédigé mon article sur les mei-tai fabriqués maison, j’avais évoqué les mamans couseuses aux doigts de fées qui transforment les écharpes que vous n’utilisez pas, ou plus, en moyens de portage plus adaptés à vos besoins. Nombrilou (dont vous pouvez visiter la page facebook ici) en fait partie. Sa « spécialité », la conversion d’écharpes en mei-tai ou en onbuhimo sac à dos. Kézako ? me direz-vous.

Je vous l’explique dès que j’aurais chaleureusement remercié ma voisine, et amie, Sandra (Cf. photo ci-contre), de l’association Port’Angelot (à Paris) qui m’a prêté le sien, réalisé à partir d’une Girasol n°6.

Pour faire un petit rappel rapide, le onbuhimo est un porte-bébé traditionnel japonais, proche cousin du mei-tai, composé d’un carré de tissu en guise de tablier auquel sont cousues des lanières pour former les bretelles vouées à repasser dans des anneaux situés plus bas (là où se situerait la ceinture). C’est donc un porte-bébé qui ne possède pas de ceinture ventrale, ce qui présente bien des avantages pour certaines, comme moi, qui ne savent jamais trop quoi en faire, de cette ceinture.

Les onbuhimos d’Ingrid n’ont pas d’anneaux. Ce sont des bretelles, réglables, qui font office de. Ils sont rembourrés à divers endroits. Ils sont adaptés au portage d’un grand bébé, format bambin, pas avant 1 an.

Voici, en photo, ses mesures et ses « options« 

• Essayage

Quand je voyais les créations d’Ingrid en photo, je dois dire qu’elles me laissaient perplexe. Je ne voyais pas trop comment ça s’installait et surtout j’avais des a priori sur toutes ces lanières… je lisais aussi à droite à gauche que porter en onbuhimo était rapidement douloureux pour les épaules (et le dos) du fait qu’elles étaient seules à supporter le poids du porté à cause de l’absence de ceinture.

Et bien le possibilité d’en essayer un m’a permis de me faire ma propre idée, et je dois dire que je suis plus qu’agréablement surprise. En fait, j’avais déjà testé un onbu mais étant donné que c’est un prototype d’une grande marque française, je n’ai pas le droit d’en parler… Mais c’est le premier que j’essaye qui n’a pas d’anneau.

Grâce aux bretelles réglables, ce onbuhimo permet un portage à la hauteur qui vous convient le mieux. Vous pouvez porter aussi haut qu’avec une écharpe, ce qui permet aux centres de gravité du tandem porté / porteur d’être bien emboîtés. C’est donc le haut du dos qui porte mais si le réglage est bien trouvé, cela n’est pas douloureux. D’autant moins que le rembourrage des bretelles procure un confort comparable à celui d’un préformé. Au bout d’une bonne heure de portage, le poids commence à se faire légèrement sentir, mais pas beaucoup plus qu’avec une écharpe.

Au contraire, l’absence de ceinture ventrale est pour moi un gros plus car rien ne vient entraver mes lombaires, ce qui a tendance à me gêner, et il n’est pas utile non plus de faire une finition sur la poitrine, que je n’apprécie pas personnellement, pour s’en débarrasser. Fini aussi le problème de l’assise qui a tendance à remonter parce que la ceinture est trop serrée ou pas assez. Le petit surplus de tissu en bas du tablier, permet de créer une poche d’assise assez profonde et calée entre le bébé et le porteur.

Ainsi, comme on le voit sur les photos, le porté (à condition d’être plutôt au stade bambin qu’au stade bébé) prend une belle position, il est assis profondément sur sa base. Le tissu va parfaitement du creux d’un genou à l’autre grâce à son assise bien large. Son dos, quant à lui, n’est pas du tout plaqué et bien arrondi.

Le petit point faible à mon sens, c’est l’installation. L’idéal est d’assoir le porté directement sur le porte-bébé, de lui passer les jambes dans les bretelles avant de le hisser sur son dos. Alors si on est à la maison pour l’installation, c’est simple. En revanche dans la rue, ça l’est moins, surtout si l’on a pas envie que le tissu touche le sol. On peut également desserrer les bretelles au maximum, passer le porté sur son dos comme en écharpe et récupérer les « boucles » formées par les bretelles pour y passer ses pieds, à condition d’avoir un bébé calme et coopératif.

Pour conclure, je vais vous avouer que je suis conquise et pense déjà à quelle écharpe je vais pouvoir convertir ^^

Publicités

9 commentaires sur “Création : onbuhimo sac à dos par Nombrilou

  1. Pingback: Conversion d’écharpe des Teinturiers Geeks | Aux Portes de Bébé

  2. Pingback: Mei-Tai Tout Contre Moi | Aux Portes de Bébé

  3. Pingback: Préformé / Mei-tai Babyzouks | Aux Portes de Bébé

  4. Pingback: Partir en voyage avec deux enfants de 4 et 2 ans | Nad'In'Box

  5. Merci beaucoup pour toutes les informations de votre site, il est super et est devenu ma bible du portage !
    Je suis conquise par l’onbu sad et j’ai découvert les créations de madame googoo, aussi je lui ai envoyé un mail et elle me propose une multitude de tailles selon mon enfant et j’ai compris que tous les onbu proposent différentes tailles… Le souci est que j’aimerais que ce moyen de portage aille de 18 mois à 3/4 ans, quelle taille vaudrait il mieux choisir ? Merci d’avance pour votre réponse.

  6. bonsoir un peut novice en portage je suis tomber sous le charme des onbu ! a partir de quel tipe d’echarpe peut on transformer en onbu?? transformer un hop tei en onbu est ce possible et si oui oui puis-je le faire!

Vous avez la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s