Galerie

Oscha Shui Long Scarista

oscha-shui-long-sacrista-detailCaractéristiques

Il y a peu de temps, j’ai rédigé le compte-rendu de ma première Oscha, une 100% coton baptisée Natural Mama et achetée d’occasion.  J’ai donc déjà fait plein de généralités concernant cette petite entreprise familiale écossaise qui produit ses écharpes à flux tendu, ce qui explique qu’elles soient rares et donc souvent plus chères d’occasion que neuves. Réussir à acheter une écharpe Oscha au moment où elle est en ligne sur internet est une véritable épreuve ! C’est pourquoi je vais déroger à ma règle de la présentation de la marque (que vous pouvez de toute façon retrouver dans cet article) et vous faire plutôt le récit de cet achat. À écharpe hors du commun, article hors du commun.

Depuis cet été, ça va donc faire 6 mois, je rêve d’essayer une Oscha. Je visite régulièrement la boutique en ligne, mais toujours les mêmes mots : « out of stock, out of stock, out of stock… » ; j’essaye même de contacter la créatrice, Zoé, sans succès. Je désespère et finis même par les prendre en grippe, ces écharpes inaccessibles. Pourtant, comme une âme en peine, je continue à surveiller de très près la page facebook de la marque et son site internet.

Et puis un soir, alors que je viens tout juste d’acquérir ma première Oscha d’occasion, quelqu’un annonce, à 22h37 précisément, et à grands renforts de points d’exclamation, qu’elle vient d’en attraper une sur le site ! Ni une, ni deux, je me connecte : trop tard, elles sont toutes réservées (c’est-à-dire dans les paniers des acheteuses qui sont en train de régler la facture – salée) ! En désespoir de cause, je pars me coucher, un peu rageuse d’avoir encore loupé l’occasion, surtout que celle qui vient d’être mise en ligne me plaît VRAIMENT. Un vert-de-gris magnifique, entre le jade et le turquoise, avec des dragons d’un incroyable finesse pour motif. Pour ne rien gâcher, la composition est très attrayante puisque c’est un mélange de 20% de lin irlandais (le plus fin du monde rappelons-le) et de coton.

Au lit, je ne peux m’empêcher de continuer à suivre la conversation qui se poursuit sur facebook. Et il s’avère que certaines écharpes se libèrent ! Instantanément, je cours à mon ordinateur pour tenter ma chance. Mon doigt crispé reste collé à la touche F5 pour rafraîchir la page des ventes, attendant, non sans un certain stress, qu’une écharpe passe de « item reserved » (vilain petit bouton bleu) à « add to cart » (joli bouton jaune). Et le miracle se produit, j’arrive à en mettre une dans mon panier !

Je ne suis pas sortie d’affaire pour autant. Maintenant, il s’agit de réussir à payer dans les temps car un compte à rebours tout rouge se met en route et j’ai 15 minutes pour valider mon achat, sans quoi mon panier disparaîtra (et ma belle Shui Long avec). Mon palpitant s’emballe à peu près autant que si à la fin du compte à rebours mon ordinateur devant imploser sous mes yeux. J’inscris mes coordonnées à la vitesse de la lumière, je renverse le contenu de mon sac à main pour trouver mon portefeuille le plus vite possible et en extraire ma carte bleue. Je renseigne mon numéro de compte, la code de sécurité, la date de validité en essayant de rester concentrée. AH ! MON DIEU ! Il faut le code de sécurité envoyé par la banque sur mon portable. Grand bien m’a pris d’avoir fait cette synchronisation fastidieuse peu de temps auparavant pour un autre achat. Je ne cours pas, je vole chercher mon téléphone. Soulagement : le code de sécurité est là ! Je le tape sur le clavier, les mains moites, les doigts toujours crispés, le souffle court.

oscha-shui-long-sacrista-colisEt c’est le soulagement quand je vois apparaître sur l’écran : « Your payment has been authorised. Please press finish to complete the order. »

Jamais acheter une écharpe n’aura été aussi excitant ! Et jamais attendre un paquet n’aura été aussi stressant. C’est le genre de paquet dont on a trop peur qu’il n’arrive pas à destination pour une raison ou une autre. Toutes les 20 minutes, on va regarder le suivi pour voir où il en est, la peur au ventre qu’elle soit partie pour les USA au lieu de la France (par exemple 😉 ).

• Essayage

oscha-shui-long-scarista-flouBon alors, qu’est-ce qu’elle a de si exceptionnel cette écharpe pour être si palpitante à acheter ?

Déjà, elle est juste magnifique. La finesse du dessin est époustouflante, on n’a vraiment pas l’habitude de voir des motifs aussi travaillés, même sur les plus belles jacquards de Didymos. Sa couleur est magique et change en fonction du contexte. Parfois tirant franchement sur le vert d’eau, parfois plutôt turquoise, la regarder est toujours une surprise. Il y en a même qui la voit briller 😉 Ensuite, sa composition est unique : 20% de lin (irlandais, j’insiste) et 80% de coton, c’est plutôt rare.  Contrairement aux mélanges coton / lin que j’ai pu tester auparavant (Natibaby Lotus, Didymos Second Time Travel), la Shui Long n’est pas biface ; le mélange est si subtil que je ne cerne pas très bien où est le lin- bon, depuis, on m’a expliqué qu’il constituait le fil de trame, plus fin que le fil de chaîne en coton. Elle procure donc des sensations agréable au toucher car elle est fine, souple et douce d’emblée, et même après le premier lavage.

oscha-shui-long-scarista-resserrageÀ manipuler et à nouer, elle est très agréable. À la fois fine et dense, elle tient bien en place lors de l’installation et il est facile d’attraper les pans en corde pour conserver son réglage. Son élasticité, très prononcée en diagonale et assez présente également en largeur, la rend très réactive au pli par pli. Elle moule parfaitement le corps du porté. Les seconds hamacs se remontent sans difficulté particulière et le hanche à boucle est agréable à réaliser et même plutôt facile.

Et pour cause… la finesse du lin utilisé rend l’écharpe assez glissante. Cela ne se ressent pas trop lors de l’installation mais une fois le nouage en place et la balade commencée, la déconvenue s’installe. En kangourou, au bout d’à peine 10 minutes, la nécessité d’un resserrage se fait déjà sentir. Soit, mon porté est souvent trop lourd pour un oscha-shui-long-scarista-flou2nouage en simple couche avec des écharpes si délicates. Le problème, c’est qu’en double couche, c’est pareil. Très rapidement le réglage se détend et le nouage s’affaisse. Après discussion avec des spécialistes, j’ai bon espoir qu’à force d’être utilisées, les fibres de coton « se cassent » et accrochent davantage. Il se trouve d’ailleurs que le côté où le coton est majoritaire (la face vert-de-gris) est moins glissant. Ainsi, portée côté « blanc » visible, l’écharpe se maintient davantage.

Enfin, un petit mot à propos du confort. La légèreté de la Shui long la rend très agréable à porter. Néanmoins, au bout d’un certain temps (un peu plus d’une demi-heure), j’ai trouvé que les ourlets se font sentir sur les épaules et deviennent un peu « cisaillants ». Le terme est certainement un peu fort, mais le fait est qu’ils manquent de moelleux.

oscha-shui-long-scarista-autre-faceJe ne peux donc m’empêcher d’être quand même un peu déçue par cette écharpe. Peut-être en attendais-je trop de sa part sous prétexte que c’est une Oscha, marque à la réputation encensée à travers le monde ? Parce que c’est tout de même une écharpe qui a énormément de qualités. Quoiqu’il en soit, heureusement que la Natural Mama m’a permis de constater par moi-même à quel point leurs écharpes peuvent être fabuleuses car en n’ayant essayé que la Shui Long, je ne l’aurais pas cru ! Il va de soi que je vais continuer à travailler cette écharpe avec rigueur et ténacité – elle est de toute façon trop belle pour ne pas être utilisée – et j’espère pouvoir revenir vous dire qu’elle s’est bonifiée avec le temps quant à sa tenue, son plus gros point faible.

En Bref

oscha-20lin-echarpe-tissee

 

Publicités

6 commentaires sur “Oscha Shui Long Scarista

  1. Pingback: Demandez le programme ! | Aux Portes de Bébé

  2. Pingback: Conversion d’écharpe des Teinturiers Geeks | Aux Portes de Bébé

    • C’est à la fois très personnel et très variable en fonction de vos attentes 🙂 J’ai un faible pour le rapport qualité prix imbattable des Ling Ling d’Amour mais il existe une multitude de tissus pour s’adapter à toutes les conditions !

  3. Pingback: Sling Oscha Shui Long Moloka’i | Aux Portes de Bébé

  4. Pingback: Oscha Surya Tiree (bambou / coton) | Aux Portes de Bébé

Vous avez la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s