Galerie

Oscha – Shui Long Lunare

Oscha-Shui-Long-Lunare-calin-bienvenuePour avoir davantage d’informations utiles sur la marque irlandaise Oscha, je vous conseille de vous rendre plutôt sur cette page 😉

Quand on commence les Oscha, on n’a plus envie de s’arrêter. Heureusement pour moi, ma nouvelle lubbie s’arrête aux dragons, n’étant pas fan des autres modèles, je peux ainsi limiter les dégâts.

Comme je vous l’ai déjà raconté dans mon article sur la Shui Long Scarista, acquérir une Oscha neuve, c’est vraiment quelque chose. Et encore, cette fois-là, c’est un peu par hasard que ça m’est arrivé ; j’étais au bon endroit, au bon moment. Mais j’allais rapidement apprendre, qu’au stress de l’achat pouvaient s’ajouter tout un tas de paramètres qui font qu’acheter une Oscha, ça peut être encore plus palpitant !

Fin décembre 2012oui attention je vais être un peu tatillon sur les dates mais vous verrez qu’elles ont une importance -, je deviens l’heureuse propriétaire d’une Shui Long Scarista. Complètement sous le charme du dragon d’eau tibétain, je décide hic et nunc qu’il me faut d’autres dragons. N’importe lesquels. Je suis donc, plus scrupuleusement encore qu’avant les informations qui circulent, sur les groupes FB, sur la page Oscha. J’ai d’ailleurs fait, comme vous allez le constater de considérables progrès en anglais (les abréviations dédiées au troc n’ont (presque) plus de secret pour moi).

À partir du 7 janvier, Oscha dévoile les photos de la collection qui est sur le point de sortir. Pas de dragons à l’horizon mais tout de même une petite tension de savoir qu’une vente va bientôt avoir lieu, sachant que très peu d’exemplaires sont disponibles et qu’il s’agit non seulement d’être là au bon moment mais en plus d’être rapide. Pas de date précise mais vraisemblablement en fin de semaine… Dès le vendredi soir, tout le monde est sur le pied de guerre : on rentre du boulot en courant, on fait manger les enfants avec un lance-pierres, on supplie le mari de les coucher, bref on fait tout pour pouvoir rester collé à son ordinateur.

Malheureusement, le vendredi 11 au soir, Oscha annonce que la vente n’aura pas lieu dans l’immédiat en raison de problèmes techniques.

ordis-CBLe dimanche 13 janvier, date funeste pour moi, pour faire patienter les fans qui ont le doigt collé à la touche F5 depuis déjà plus de 24 heures (ce qui d’ailleurs permet au néologisme « efcinquer » de voir le jour), ils annoncent que des Shui Long Lunare feront partie du premier ‘release‘, ‘as soon as possible‘. Le ‘stalking‘ repart de plus belle, surtout pour celles qui, comme moi, sont devenus « chasseurs de dragons ». Ça y est, c’est dans l’air, c’est pour ce soir-là, ça se sent. C’est reparti pour la supplique au mari de s’occuper des enfants – s’il pouvait quitter la maison avec eux pendant quelques heures, ce serait vraiment top -, on expédie les repas, les couchers et on angoisse déjà à l’idée qu’à un moment donné il va bien falloir aller aux toilettes et quitter au moins 2 minutes l’écran des yeux. Une chance pour moi, mon ordinateur est à côté du frigidaire et j’ai au moins cette chance de pouvoir me sustenter sans m’éloigner.

Malheureusement, les problèmes techniques persistent et ce n’est que tard dans la nuit, vers 2 heures du matin, que l’équipe d’Oscha annonce que la vente n’aura pas lieu tout de suite.

Outre la déception d’attendre de manière vraiment intense depuis plus de 48 heures sans rien avoir à se mettre sous la dent, c’est l’angoisse des jours qui arrivent qui domine. Il va falloir emmener les enfants à l’école, faire des courses, aller chercher les enfants à l’école, travailler accessoirement… toujours cette question : comment parvenir à ne pas quitter son ordinateur ?

Le lundi, le mardi, le mercredi et même le jeudi passent sans que rien ne se passe. La traversée du désert. Beaucoup ont déjà déclaré forfait, ne pouvant décemment pas continuer à négliger leurs enfants, leur maison, leur mari. Certes, l’Ipad et la télé ont pu prendre le relai pendant quelques heures, mais ni l’Ipad ni la télé ne font à manger, ne passent l’aspirateur ou ne vont faire les courses. Et encore moins des câlins ou des parties de Monopoly. La pression retombe petit à petit ou parfois avec perte et fracas. Insupportés par cette attente vaine, certains se montrent agressifs, virulents de leur propos à l’encontre de la marque, à bout de nerfs ils crient à la manipulation, à la IMG_2479conspiration même ! Pour couronner le tout, Oscha ne donne plus signe de vie pendant plusieurs jours, abandonnant leurs fans à leur sort, les yeux rivés sur un écran affichant toujours le même message : « The site is under maintenance, please come back soon », cette seule question en tête : « mais c’est quaaaaaaand ‘soon’ ?? »

ENFIN, le vendredi 18 janvier, soit une semaine jour pour jour après la première annonce de vente, le dieu Oscha parle à ses disciples et annonce que cette fois, c’est pour de vrai, les problèmes de serveur sont résolus et la première vente va pouvoir avoir lieu ! C’est le branlebas de combat. Les batteries d’Iphone, d’Ipad et d’ordinateurs portables sont pleines, la carte bleue est sortie du portefeuille, on récapitule une dernière fois avec les copines oschaiennes qui veut quoi et on recolle fébrilement son majeur à la touche F5 attendant désespérément qu’enfin cet écran change pour laisser apparaître la liste des produits disponibles, image fugace… A 19h35, c’est la délivrance. La ruée vers l’or. La curée. Les messages sur facebook se succèdent à une vitesse folle : « Une Vesper 6, qui veut ? », « J’ai attrapé une Lunare 5 ! », « Je n’ai pas accès au site !! », « Je ne vois que les slings », « ohhh non, j’suis au boulot là !! »… Pour ma part, j’ai capturé mon écharpe, et même deux, sans encombre, mais il y a eu des déceptions…

Évidemment, j’en rajoute des caisses dans mon récit afin de vous faire partager l’aura nerveuse qui entoure les ventes d’Oscha. Même si j’ai fait partie de celles qui attendaient avec beaucoup d’impatience, j’ai observé tout ça fascinée par l’effervescence que pouvait provoquer une simple vente d’écharpes.

• Essayage

Oscha-Shui-Long-Lunare-bambousBon maintenant qu’on a bien rigolé avec cette histoire de stalking interminable, il serait peut-être temps que je vous parle de mon nouveau bout de tissu tant convoité ! Je vais essayer de faire court pour compenser un peu.

Esthétiquement, comme sa soeur Scarista, c’est une merveille. D’une couleur indéfinissable (certaines la voient bleue, d’autres violette et celles qui ne se mouillent pas disent indigo), profonde, chaleureuse, avec une face interne gris argenté / irisé magnifique qui justifie bien son nom lunaire. La finesse du dessin des dragons est encore plus perceptible grâce au contraste entre les deux couleurs.

Au toucher, j’avais très peur du mélange 50% lin – 50% coton, après ma fatale expérience avec la Lotus Natibaby. Mais c’était sans compter sur l’EXCEPTIONNELLE douceur (et je pèse mes mots) du lin irlandais qui, même neuf, chatouille délicatement le bout des doigts sans être le moins du monde raboteux. Quant à la face en coton, la face violette, elle est tellement douce et soyeuse qu’on Oscha-Shui-Long-Lunare-gros-plan-dragonla verrait très bien en taie d’oreiller douillette. D’ailleurs Lulu ne s’y trompe pas et a pris plaisir au traditionnel câlin de bienvenue, se jetant la tête la première dans ce tissu nuageux. Malgré son tissage très dense, c’est une écharpe plutôt légère, une taille 7 pesant aux alentours d’un kilo seulement.

En terme de manipulation, les choses se corsent considérablement. D’une part c’est une écharpe qui est tout de même épaisse, relativement épaisse au regard de sa composition mais épaisse tout de même (selon mes préférences). Et d’autre part, et là ça n’a rien de subjectif, c’est une écharpe qui n’est absolument pas « élastique », ni en longueur, ni en largeur (jusque là, normal) mais surtout pas en diagonale. De fait, même avec un petit porté d’un beau poids, il est très difficile de réaliser un pli par pli harmonieux. De plus, le tissu étant glissant et lourd, il n’est pas évident de tout maintenir lors de l’installation. Autrement dit, je la préfère en simple couche (kangourou, hanche à boucle, éventuellement enveloppé croisé pans non déployés mais même celui là c’est pas évident). Cela s’arrange au fur et à mesure que le rodage avance, cela dit.

Pour ce qui est du confort et du maintien, on ne peut pas résister à son charme à la fois moelleux mais très soutenant. Même avec un nouage comme le kangourou, les épaules sont délicatement préservées du poids du porté et l’installation ne s’affaisse pas. De plus, elle est bien enveloppante et sa largeur généreuse (71 cm) permet un pliage des pans en bretelle confortable. Je vous avoue que je n’ai pas eu l’occasion de la tester sur une très longue durée mais je pense pouvoir dire sans me tromper que cette écharpe une fois nouée, tient parfaitement bien en place. C’est du moins l’impression qu’elle fait et sa composition me conforte dans cette idée.Oscha-Shui-Long-Lunare-double-hamac-dos

En conclusion, c’est une écharpe magnifique, reconnaissable entre mille à sa texture si particulière mais pas évidente à manipuler. Je pense qu’elle est bien adaptée au portage de bambin. Ne portant plus énormément en écharpe mais ayant tout de même envie d’en profiter, j’ai décidé, non sans mal, de la faire transformer. Vous aurez donc très prochainement des nouvelles… ce qui me permettra également de vous parler des Teinturiers Geeks !

En Bref

oscha-50lin-echarpe-tissee

Publicités

11 commentaires sur “Oscha – Shui Long Lunare

  1. Pingback: Demandez le programme ! | Aux Portes de Bébé

  2. Pingback: Conversion d’écharpe des Teinturiers Geeks | Aux Portes de Bébé

  3. Pingback: Le portage pour les nuls | Aux Portes de Bébé

  4. Pingback: Débuter le portage physiologique | Aux Portes de Bébé

  5. Moouahahaaaa je relis ton article avec plus d’attention, maintenant que cette beauté est à moi, et là je percute sur les dates : le 11 janvier au soir, je partais à la maternité, Lila est née vers 3h20 le samedi 12… Et on est rentrées à la maison le vendredi 18. Bref, c’est pour nous que tu l’as chassé ce dragon lunaire en fait, mais tu ne le savais pas (et nous non plus) ;o)
    Sinon, comme d’hab, il m’a bien fait marrer cet article !

    • Hannn mais c’est génial, c’est sa legacy wrap !! Enfin c’est génial pour vous, mais dans un sens ça veut dire que je suis pas prête de la ravoir :p Tu me laisseras la regarder de temps en temps ? 😉

  6. Pingback: Trouver le portage adapté à ses envies et son mode de vie | Dans mon nid

  7. Question je suis sur le point de craquer pour la ptite dernière coton lin oscha tissage diamant. Qui a l’air assez dense. 246g/m a ton avis en monocouche pour l’été trop chaud ou ideal?

  8. Pingback: Sling Oscha Shui Long Moloka’i | Aux Portes de Bébé

  9. Pingback: Oscha Surya Tiree (bambou / coton) | Aux Portes de Bébé

  10. Bonjour,

    j’aimerais acheter une Oscha Marram Marakesh (60% lin, 40% coton) mais elle n’existe plus qu’en 4.20m. Du coup j’hésite est-ce que c’est suffisant (pour porter un bambin de 10kg sachant que je taille du 42 voire 44)

    Merci d’avance.
    J’adore votre site.

Vous avez la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s