Galerie

Shui Long Célandine

Oscha-Shui-Long-Celandine-seuleEncore un dragon ? Et oui… mais un dragon d’eau tibétain de chez Oscha s’il vous plaît et avec de la soie, cette fois !

Pour retrouver toutes les informations sur cette marque irlandaise qui produit ses écharpes en toute petite quantité et les met en vente au coup par coup, je vous conseille de lire la première partie de l’article sur la Natural Mama.

Après vous avoir longuement parlé de la Shui Long Scarista (20% lin – 80% coton), de la Shui Long Lunare (50 % lin – 50% coton), et bien voici ma première troisième (et pas la dernière hi hi) avec une composition nouvelle pour moi, 40% soie tussah  20% lin 40% coton, il s’agit de la Célandine.

Son nom vient de celui de la Chélidoine, une fleur sauvage également appelée aussi « herbes aux verrues » pour le pouvoir de son latex jaune-orangé qui a la réputation de les éliminer. Ce n’est donc pas une référence à l’étymologie latine qui désigne l’hirondelle, mais bien un clin d’œil à la couleur de cette liqueur toxique.

C’est d’ailleurs peut-être à cause de ses couleurs particulières, plutôt fades, que la Shui Long Celandine est restée de longues semaines en vente sur le site d’Oscha sans trouver preneur. Fait assez rare pour être souligné.

Pour moi, m’en procurer une me permettait de faire l’expérience de cette nouvelle composition jusqu’à présent inconnue. Et ce sera aussi l’occasion de faire ici un petit point sur les différentes soies qui composent les écharpes. Enfin, si un jour je les reçois, ce sera également l’occasion de me lancer dans l’Acid Dye, c’est-à-dire une teinture qui colore uniquement les fibres d’origine animale… mais c’est un autre sujet.

Pour tisser les écharpes, deux types de soie sont principalement utilisés :

La soie d’élevage / naturelle, provenant de vers domestiques comme le Bombyx mûrier, que l’on élève en magnanerie. Des œufs de papillons (les « graines ») sont mises en incubateur une quinzaine de jours, jusqu’à l’éclosion de jeunes vers que l’on doit nourrir de manière régulière et dont on doit changer la litière durant leurs 4 mues. Ça a l’air simple dit comme ça mais savoir que pour environ 30 grammes de « graines » il faudra distribuer 1300 kg de feuilles de mûrier donne une idée de la complexité de cet élevage. Enfin, 8 jours après la dernière mue, la chenille entame la formation de son cocon. Avant que la chrysalide ne devienne papillon, on la tue afin de dévider son cocon sans que le fil de soie ne soit brisé. (Un article passionnant sur l’éducation des Vers à soie)

Le soie sauvage / Tussah provient d’espèces sauvage de vers, les Tasa ou Tussor, qui se nourrissent principalement de feuilles de chêne et dont on récupère également le cocon de soie avant qu’elles ne deviennent papillons afin de le dévider.  Contrairement aux idées reçues, cette méthode de récolte nécessite le plus souvent le « meurtre » de la chenille, qui est en général ébouillantée ou asphyxiée à la vapeur, sauf pour les soies certifiées « non violent silk« . Ses filaments jaunes, inégaux sont plus grossiers, plus courts et plus résistants.

Qu’apporte la soie aux écharpes ? Tout d’abord, la soie est un isolant naturel qui permet de lutter contre le froid ou la chaleur. C’est aussi une matière hygroscopique qui peut absorber une quantité importante d’humidité. Enfin son élasticité exceptionnelle est particulièrement appréciable en écharpe pour des nouages sur mesure.

Son entretien doit être délicat. La soie craint la lumière et les changements brusques de température. Oscha recommande de laver les écharpes contenant de la soie à la main dans de l’eau tiède avec un savon spécial tissu délicat ou à très basse température en machine. On évite de l’essorer en la tordant. Le sèche-linge à est bannir, on peut les faire sécher en les enfermant dans une serviette éponge ou n’importe quel autre linge absorbant. Enfin, le repassage est autorisé mais sur un tissu encore humide et à deux points seulement.

• Essayage

Oscha-Shui-Long-Celandine-installLa première chose qui m’a sauté aux yeux lorsque j’ai déballé ma Celandine (achetée d’occasion mais neuve) c’est sa petite largeur. 60 cm seulement, contre 68 pour la Scarista et 73 pour la Lunare. Ca ne m’a pas mise en confiance, car autant j’ai eu du mal à me faire aux écharpes très large (75cm), autant je n’ai jamais eu de tissée aussi étroite.

Deuxième constat au déballage, la Celandine est très fine, assez fluide, même si l’élasticité n’est pas très prononcée, mais étonnamment, pour une écharpe qui contient de la soie, elle manque de douceur. Elle a un petit côté collant que le bout de mes doigts trouvent désagréable. Sans doute est-ce là la différence entre le fil soyeux de la soie d’élevage (telle qu’on la trouve dans les écharpes Natibaby par exemple) et le fil plus rugueux de la soie sauvage.

A la manipulation, certains « défauts » n’en sont finalement pas mais d’autres se révèlent gênants. L’étroitesse ne s’avèrent pas problématique, l’écharpe enveloppe sans souci mon grand 21 mois et je n’ai Oscha-Shui-Long-Celandine-DHpas rencontré de souci particulier pour créer une belle assise une fois prise en main. En revanche, le côté « collant » qui se faire sentir lorsqu’on la caresse est ennuyeux lorsqu’il s’agit de remonter la deuxième couche d’un DH ou d’un DHI car l’écharpe accroche pas mal. J’ai pensé que ce phénomène allait disparaître avec les utilisations. À défaut de pouvoir l’utiliser beaucoup, je l’ai alors coincée entre mon matelas et mon drap housse, mais une semaine plus tard, aucun changement.

Niveau confort, là aussi mon avis est un peu mitigé. Testée lors d’un moment peau à peau, j’ai trouvé qu’elle picotait. Pourtant, non, elle ne contient pas de laine… son côté râpeux m’a dérangée. Vêtue, en revanche, j’ai été très séduite durant une longue balade (et une longue file d’attente à la poste) où je ne me suis pas sentie gênée par le poids. Mon porté, lui aussi, a eu l’air de s’y plaire. Seul petit point faible, elle est un peu roide sur les épaules, sans doute à cause de son manque l’élasticité, je l’aurais préféré plus moelleuse.

Enfin, le soutien, lui, est impeccable. Malgré sa finesse, elle maintient fermement mes 13kg de bambin sans que le nouage ne bouge et sans qu’il ne soit besoin de le retoucher.

NOTE-Oscha-Shui-Long-Celandine

Publicités

10 commentaires sur “Shui Long Célandine

  1. Pingback: Demandez le programme ! | Aux Portes de Bébé

  2. Pingback: Didymos Indio Nature avec chanvre | Aux Portes de Bébé

  3. Pingback: Le portage pour les nuls | Aux Portes de Bébé

  4. Pingback: Débuter le portage physiologique | Aux Portes de Bébé

  5. Pingback: Trouver le portage adapté à ses envies et son mode de vie | Dans mon nid

  6. Pingback: Natibaby Fumus Batu (coton / soie) | Aux Portes de Bébé

  7. Pingback: Matières et Mélanges – Propriétés et entretien | Aux Portes de Bébé

  8. Pingback: Porter un bambin | Aux Portes de Bébé

  9. Pingback: Sling Oscha Shui Long Moloka’i | Aux Portes de Bébé

Vous avez la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s