Galerie

Conversion d’écharpe des Teinturiers Geeks

g

Onbu-teinturiers-geeks-anneau2Ça fait un petit moment que je vous le dis, le portage touche à sa fin pour nous. Enfin, plus exactement, il se fait rare. 5 minutes par-ci pour une photo, 5 minutes par-là pour préparer à manger (oui, je cuisine rapide :D) et parfois un trajet maison-école / école-maison, pas si fréquent avec ce temps magnifique… Bref.  Et de ce changement est née l’envie d’avoir une sorte de « dernier porte-bébé » . Le porte-bébé des vieux jours un peu. L’héritage. The Ultimate !

Ça devait être la Shui Long Lunare mais ce sera finalement la Shui Long Scarista. C’est un peu le destin qui en a décidé ainsi… Il n’est pas évident de choisir quelle écharpe on va faire convertir. Il faut que la longueur soit suffisante (la mienne mesurait 3m80, ce qui était juste pour tout faire), que les dessins soient disposés de manière à être encore jolis après découpage / couture, que la composition, le grammage, les propriétés du tissu se prêtent au jeu. Et puis il faut aussi qu’on ne regrette pas trop l’écharpe en tant qu’écharpe…

La seconde partie de la réflexion pour une WC (comprendre Wrap Conversion), c’est : QUI ? Je vous en ai déjà parlé dans l’article à propos du fait-maison, une couturière à la réputation solide et au travail reconnu ne se trouve pas à chaque coin de rue. Et quand on la trouve, le carnet de commandes est souvent archi plein et les délais d’attente très longs (plusieurs mois !). De quoi se décourager. Et puis toutes n’acceptent pas nécessairement de faire du sur-mesure.

Donc, après avoir testé un onbuhimo façon sac à dos de Nombrilou, un mei-tai de Ptitsy Moloko (depuis en cours d’homologation), un mei-tai de Mme de la Ouchette, c’est vers les Teinturiers Geeks que je me suis tournée et que j’ai trouvé ma perle rare en la personne de Claire.

Les Teinturiers Geeks, c’est une petite entreprise familiale créée par Claire et son mari. Pour l’aider, il a appris à manier la surjeteuse et à délayer les teintures, si si ! C’est un peu leur quatrième bébé. Allez jeter un oeil sur leur site pour voir ce dont ils sont capables et leurs tarifs très attractifs !

Avant de poursuivre, un petit point de vocabulaire pour comprendre ce que je dis :

– Le Onbuhimo est un porte-bébé traditionnel japonais, composé d’un tablier auquel sont cousues deux lanières pour les bretelles mais sans ceinture ventrale. À sa place, deux anneaux sont cousus sur les côtés du tablier afin d’y faire repasser les bretelles. Les deux énormes avantages de ce moyen de portage selon moi c’est 1) qu’il n’y a pas de ceinture ventrale, ce qui libère le bas du corps et ne fait travailler que le haut et 2) que les anneaux, qui passent sous les jambes du porté, permettent de remonter les genoux et d’obtenir une très belle bascule du bassin.

– Le Podeagi est un porte-bébé traditionnel coréen, lui aussi composé d’un long tablier auquel sont cousues deux lanières pour les bretelles. Et c’est tout. Pas de ceinture ventrale, pas d’anneau ; c’est à l’aide des bretelles, que l’on croise sur le porteur puis sous l’assise de bébé que l’on « fixe » la position. C’est un moyen de portage utilisable dès la naissance car rien ne vient forcer l’écartement du bassin, un nouveau-né peut-être porté les membres inférieurs complètement regroupés. Petit point faible néanmoins à mon sens, il n’est pas franchement question de faire un réglage du tissu pli par pli sur le corps du tout petit et le maintien de son dos, même si la bascule de son bassin est bonne, n’est pas vraiment suppléée par le tissu.

– Le mei-tai, quant à lui, est un porte-bébé traditionnel chinois, c’est le plus connu / répandu des trois dans nos contrées occidentales. C’est donc un tablier auquel sont cousues deux grandes lanières en haut pour former les bretelles et deux lanières en bas pour former la ceinture qu’on ferme par un double nœud.

Dès le mois de janvier, j’ai planché sur un patron, en utilisant en partie les mesures de mon porte-bébé préféré, dont je n’ai jamais pu vous parler puisqu’il s’agissait d’un prototype confidentiel (le KGB veille, je n’en dirai pas plus). Enfin il faut quand même que je vous dise que c’était un onbuhimo à anneaux (de quoi combler ma grande passion pour les anneaux) dont le tablier était suffisamment long pour permettre de l’utiliser également en podeagi. Cette possibilité ne m’intéressait pas plus que cela mais je trouvais ça esthétiquement joli.

Étant un porte-bébé davantage adapté aux bambins lorsqu’il est utilisé en onbuhimo (la manière dont je l’apprécie le plus), il fallait également trouver une solution pour qu’il soit adaptable à un (hypothétique éventuel futur) bébé, quelque part entre le nouveau-né et le grand bébé d’un an. Oui car on ne coupe pas une Oscha, et encore moins une Shui Long, pour la porter 2 mois et demi. Ce porte-bébé sera transgénérationnel ou ne sera pas !

Et c’est là que Claire, la créatrice, entre en jeu. Avec une infinie patience, elle m’a aidée à améliorer mon patron avec plein d’idées géniales qui permettront à mon futur porte-bébé d’être aussi bien utilisable avec un nouveau-né (en podeagi), qu’avec un grand bébé (en mei-tai), qu’avec un bambin et même un « pré-school » (en onbuhimo). Vous suivez ?

g

Que ce soit à propos du corps même du porte-bébé ou des petits détails qui font la différence, l’expérience et l’ingéniosité de Claire ont parlé : réversibilité quasi parfaite (je dis quasi car il fallait bien choisir une face pour l’assise réductible du mei-tai), capuche dont le dessin rejoint au millimètre près celui du tablier, tunnel pour la ceinture rembourrée amovible du mei-tai (en prenant soin qu’elle puisse passer d’un côté ou de l’autre des anneaux, qui eux-mêmes se rangent dans le tunnel, afin qu’ils ne gênent pas), assise réglable pour le mei-tai, fourreaux rembourrés pour transformer des bretelles au départ déployables… tout est pensé pour s’adapter et se transformer.

Je fais un petit zoom sur les fourreaux qui permettent de transformer les bretelles déployables en bretelles rembourrées car cette idée de Claire est vraiment astucieuse. Les deux fourreaux, grâce à leurs pressions, sont réversibles.

Ainsi mon porte-bébé 6 en 1 s’utilise aussi bien du côté vert-de-gris (j’y tiens) que du côté clair, en podeagi avec un tout petit bébé poupon, en mei-tai avec un 4-5 mois ou un bambin grâce à l’assise réglable, et évidemment en onbuhimo avec un bambin ou même un enfant. Après plusieurs longs tests, en onbu, je peux vous dire qu’il est très confortable. Je n’ai pas eu de sensations de tiraillement sur les épaules comme avec le onbu sac à dos de Nombrilou, sans doute est-ce dû aux bretelles déployables ? Ce que je trouve particulièrement appréciable, c’est que l’on peut porter bien haut. Je suis également ravie de la position de mon (mes) fils, ça ne serait pas mieux en écharpe !

Voyez plutôt

e

 Si c’était à refaire :

  • Je choisirai une écharpe plus longue pour permettre de faire des bretelles de 30 cm de large. Finalement, les 5 centimètres en moins par rapport aux bretelles du Didytai se font sentir, dans le cas par exemple où l’on souhaite renforcer l’assise en les déployant sous les fesses du porté.
  • Je ne suis pas certaine que je garderais la capuche. Personnellement, je ne m’en sers jamais, et j’ai une petite préférence pour les porte-bébé épurés.
  • Je ne sais pas non plus si je garderai le rembourrage au creux des genoux du porté. C’est très bien avec mon bambin mais je pense que ce sera un point faible avec un plus petit, en version mei-tai avec assise réduite.
  • Je demanderais à la couturière un système de réglage de la hauteur du tablier, pour la même raison : s’adapter au mieux à un plus petit.

Je finis cet article en remerciant une nouvelle fois Claire pour sa gentillesse, son écoute et sa patience, tout en la félicitant pour son savoir-faire. C’était vraiment une expérience très enrichissante de créer « mon » porte-bébé sur mesure… et ça m’a tellement plu que je compte finalement renouveler bientôt l’expérience, pour un nouveau « dernier porte-bébé » 😉

Publicités

29 commentaires sur “Conversion d’écharpe des Teinturiers Geeks

  1. Bravo Kla pour cette recherche permanente autour des outils de portage ! J’ai beaucoup de plaisir à lire tes articles si détaillés mais si concis. Cet idée de porte-bébé « transformer » est vraiment ingénieuse et je serai ravie de le voir « pour de vrai » un jour.
    Bravo aussi à Claire pour ce travail magnifique !

    • C’est trop gentil Claire ! Mais 1) je l’aime avec ses « défauts » (bon on verra pour la hauteur de tablier et le rembourrage si besoin est 😀 mais pour l’instant c’est très bien comme ça avec mon grand bambinou) et surtout 2) Je ne pourrais pas m’en passer le temps que tu y travailles ^^

      Je disais juste ça en vue d’améliorer le patron que je mets à dispo, sincèrement, il nous va très bien tel qu’il est 😉

  2. oh c’est marrant j’avais fait pareil pour transformer mon mei tai bretelles larges en bretelles rembourrées (l’idee etait venue de patocho que j’avais utilisé comme protege bretelle lol). Pour les capuches je suis assez d’accord. je m’en sers rarement. mais bon c’est joli.. t’as plus qu’a en refaire un parfait alors lol.

  3. Il est magnifique! J’ai pour projet de me lancer dans la confection d’un onbuhimo, je voulais savoir si tu voulais bien partager ton croquis (on ne voit pas tout sur la photo ), ça m’ aiderait bien pour démarrer 🙂 merci!

  4. Pingback: Mei-Tai Tout Contre Moi | Aux Portes de Bébé

  5. Pingback: Evataï par Fée Main | Aux Portes de Bébé

  6. Bonjour,

    J’etais a la confection du patron de mon porte-bb parfait et voila que je tombe sur celui-ci 🙂 Pensez-vous que je pourrais vous contacter par mail pour 2-3 questions?

    Merci

    Marilou

  7. Waou ! Je voulais revenir sur le post sur l’onbuhimo et je tombe ici ! Ca fait très très envie ! Quel chouette résultat ! Et j’adore toutes les astuces de la coutuière et ton idée de combiner plusieurs portes-bébé en 1 ! Ca donne envie de se lancer ! Enfin plus qu’à trouver une super couturière comme Claire ;o)

  8. Bonjour et bravo pour vos articles. J ai une question technique : ce porte bebe a donc deux epaisseurs d echarpe partout? Je comprends que votre echarpe est simplement reverrsible mais pour passer les cordons et la ceinture et le rembourrage genoux il a alors tout fallu doubler ? Merci de prendre une minute pour m eclairer..

  9. fantastique, c’est très exactement ce dont j’avais envie : un onbu pour mon grand bébé, qui pourrait aussi faire mei tai pour que mamie porte plus facilement et podaedi pour hypothétique bébé 2. pouvez vous donner une idée de prix pour la conversion? je n’ai pas d’écharpe à convertir mais j’ai acheté un tissu de portage d’une jolie couleur en 5 m sur 75 cm, ça devrait être plus simple pour la couturière , non ?

    merci

  10. tu l’as toujours cette merveille Kla ? et tu sais si Claire fait toujours des conversions comme celle-ci ? il est vraiment magnifique, et je te le piquerai volontiers :p 😀

  11. Bonjour,

    Je me demandais ce qu’apporte le rembourrage de la ceinture ? Car, par exemple, sur le Didytai, il n’y en a pas… Qu’est-ce que cela change (et du coup, pourquoi avez-vous choisi un rembourrage, sur votre porte-bébé idéal 😉 ) ?

    • Au niveau du confort, je trouve que ça ne change pas grand chose, c’est plutôt la largeur de la ceinture qui fera une différence. Ici, elle est rembourrée car c’est ce qu’il y a de plus pratique pour la glisser dans son tunnel, tout simplement 🙂

  12. bonjour j ai une question pour la version podeagi : comment faites vous pour ajuster l assise en fonction de la taille de l enfant ? le rembourrage sous les jambes et les anneaux sont t il amovible ? 😉

Vous avez la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s