Galerie

Evataï par Fée Main

.

Evatai-seul.

Au-delà de ma réelle amitié pour Élodie, la créatrice-couseuse qui se cache derrière Fée main (à découvrir de toute urgence sur sa page Facebook) si je lui ai demandé de me faire tester un de ses Evataï, c’est aussi pour compléter mes tests de fait-maison.

On voit fleurir sur facebook ou Le Bon coin, des annonces pour des moyens de portage réalisés par des particuliers qui s’avèrent de piètre qualité. Et si les coutures ne sont pas droites, ou mal finies, on est alors en droit de mettre en doute la sécurité que procure le porte-bébé en question. Pardon d’insister, j’ai déjà fait ce rappel lors de mon article sur le Tout Contre Moi, mais c’est absolument nécessaire.

Evatai-foret-dos-flouFée Main fait donc partie des mamans couseuses à qui on peut confier son écharpe les yeux fermés. Perfectionniste et soucieuse de soigner le moindre détail, Élodie ne laisse rien passer. Elle est capable de négocier plusieurs mois avec un fabricant étranger de pièces en plastique pour trouver celle qu’il lui faut et pas une autre ! 😉

Malheureusement, ayant repris son travail de vétérinaire à plein temps, Élodie ne prend pour le moment plus de commande et il ne nous reste, à nous pauvres porteuses rêvant de la conversion de notre écharpe préférée, qu’à espérer qu’elle recommencera un jour prochain. Toutefois, vous pouvez toujours essayer de la sonner – comme on dit en Belgique, car Élodie parle couramment le belge 😉 – pour la couture d’un sling ou autre petit ouvrage

Je ne compte pas vous dévoiler tous les petits secrets de l’Evataï, et comme le modèle de Tout Contre Moi, je ne détaillerai pas les mesures comme j’ai l’habitude de le faire avec les autres mei-tai afin qu’elles ne soient pas copiées. Mais je vais tout de même vous expliquer tout ce qu’il a d’ingénieux et de particulier par rapport aux autres porte-bébés de la famille des mei-tai.

Evatai-foret-droiteL’Evataï – nom inspiré par le prénom de la fille d’Élodie – est basé sur le modèle du Mysol, même s’il en diffère finalement grandement. Ce qu’il lui emprunte, c’est l’idée des tunnels où passe la ceinture, afin de permettre un réglage à la fois de la hauteur du tablier et de la largeur de l’assise, sans cordon. Si le Mysol a 2 tunnels, l’Evataï, lui, en propose 3, poussant à son paroxysme la modularité et l’évolutivité du porte-bébé. D’une largeur d’assise allant d’environ 36 (réductible) à plus de 45cm, il est adapté à de jeunes bébés (4/5 mois en fonction du gabarit) à des bambins jusqu’à au moins 3 ans ! Et la hauteur du tablier suit également la croissance de l’enfant, pouvant être de 32 cm seulement jusqu’à 55 cm. On reproche parfois aux ceintures insérées dans un tunnel de tourner sur elles-mêmes sous l’effet du poids du porté. En ce qui concerne l’Evataï, la ceinture est suffisamment large et surtout aux dimensions exactes du tunnel, ce qui limite grandement ce phénomène.

Un des plus gros défaut du Mysol, qui lui aussi est pensé pour être évolutif et accompagné l’enfant qui grandit (vite), c’est qu’il est impossible, lorsqu’on porte un bambin qui devient lourd, de déployer les bretelles, étroites, afin de renforcer l’assise et soulager un peu les épaules du porteur. Et bien ce défaut est gommé avec l’Evataï qui possède des bretelles semi-déployables : rembourrées sur 20% de leur longueur totale (avec un rembourrage un peu plus conséquent en largeur et en épaisseur et donc légèrement plus confortable que celui du Mysol d’ailleurs), elles s’évasent ensuite, se déployant sur plus de 30cm, ce qui permet de créer un beau renfort d’assise efficace ! D’autant plus que sur le tablier sont cousues des pinces qui permettent d’approfondir l’assise du porté et lui permettent ainsi une meilleure bascule et donc un meilleur ancrage (ce qui le rend également moins lourd).

Enfin, un autre arme de l’Evataï, c’est de posséder deux, voire trois ceintures différentes :

  • Une ceinture de mei-tai traditionnel, rembourrée en son milieu et dont les extrémités sont à nouer ;
  • Une ceinture de onbuhimo, aux extrémités de laquelle sont cousus des anneaux (de taille M)  ;
  • Une ceinture à boucle afin d’obtenir un préformé hybride, comme le LLA ou le Babycarrier.

Le seul petit bémol que j’émettrais, c’est à propos de la ceinture onbuhimo. Habituée que je suis aux onbuhimo dont les anneaux sont directement cousus sur le tablier, je trouve que la ceinture, pourtant parfaitement Evatai-foret-gaucheadaptée à la largeur des tunnels, « casse » un peu la si agréable sensation que l’assise du porté se love dans le tissu, sans aucune entrave. Elle vient en effet se placer entre le porté et le porteur au lieu de coller en quelque sorte au dos du porteur – comme en mei-tai. Mais encore une fois, je pense que c’est une question d’habitude et ce n’est pas inconfortable pour autant.

En bref, en plus de finitions impeccables, de coutures renforcées à l’envers comme à l’endroit, de motifs parfaitement alignés entre la capuche et le tablier, l’Evataï est un porte-bébé extrêmement fonctionnel et très évolutif. Il peut suivre un enfant plusieurs mois, voire plusieurs années en s’adaptant toujours aux changements mais également aux envies du moment. Mei-tai, onbuhimo, préformé hybride, bretelles déployées ou non, il vous permettra toujours de trouver la solution qui vous convient tout en garantissant un confort sans faille.

Publicités

2 commentaires sur “Evataï par Fée Main

  1. Pingback: Préformé / Mei-tai Babyzouks | Aux Portes de Bébé

  2. Pingback: Mei-tai Yuha Mama’s | Aux Portes de Bébé

Vous avez la parole !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s